Absentéisme dans votre entreprise : comment réagir ?

L’absence de salariés vient perturber le fonctionnement d’une société et représente un coût élevé. En comprendre les causes est essentiel pour ensuite agir et améliorer le bien-être de vos collaborateurs.

Le taux d’absentéisme est un indicateur important pour tous types de structures et de secteurs confondus. En effet, il permet de mesurer la motivation et la satisfaction des salariés.

Quelles sont les causes principales de l’absentéisme ? Comment cela se répercute sur votre entreprise ? Et comment agir pour le diminuer ?

Nesspay vous partage des clés pour mieux comprendre les dessous de ce phénomène et mettre en place des actions en fonction. 

Les causes et les conséquences de l’absentéisme au travail 

Concrètement, on parle d’absentéisme au travail lorsqu’un salarié s’absente de manière répétée de son lieu de travail. Une récente étude de Gras Savoye Willis Towers Watson a montré qu’entre 2019 et 2020, le taux d’absentéisme est passé de 4,18% à 5,04% en France. Un chiffre en hausse qui nécessite que l’on s’y intéresse de plus près pour agir.

1 - Les principaux motifs de l’absentéisme 

Pourquoi les salariés s’absentent ? L’étude de Malakoff Humanis en 2019 apporte un éclairage intéressant et montre que l’origine de l’absence peut être de nature personnelle ou professionnelle.
Plus précisément, cela révèle que :

  • 87 % des arrêts de travail sont liés à un contexte non professionnel (par exemple liés à un état de santé, des difficultés pour garder un enfant malade…).
  • 33 % sont liés à un contexte professionnel et personnel.
  • 13 % des arrêts sont uniquement liés à un contexte professionnel (par exemple suite à des accidents professionnels, des maladies liées au travail, un état de stress ou de burn-out professionnel, des tensions au sein des équipes ou une mauvaise ambiance, des conditions de travail défavorables…)

2 - Quelles conséquences pour l’employeur ?

Baisse de la productivité et de la rentabilité, coûts supplémentaires liés au remplacement de la personne absente (notamment le temps de former quelqu’un d’autre), retard sur les projets, augmentation de la charge de travail pour les autres salarié·es, dégradation de l’ambiance, démotivation des équipes et donc encore plus d’absences… Bref, pour l’entreprise, l’impact de l’absentéisme peut être conséquent

Lutter contre l’absentéisme est vraiment un enjeu financier et social important pour les entreprises. Par exemple, pour une entreprise de 1 000 salariés avec un salaire moyen de 30 K€ par an et un taux d’absentéisme de 5%, on estime le coût complet pour l’employeur entre 1,5 et 3 M€ par an” explique par exemple Noémie Marciano, directrice Offre de Conseil Health & Benefits. 

Nos conseils pour freiner l’absentéisme au travail

1 - Faire un diagnostic

Le premier pilier d’action consiste à analyser la situation interne de votre structure pour comprendre les facteurs d’absence. Cela implique de se poser quelques questions et de croiser vos données. Par exemple : qui sont les salariés les plus absents ? Quelle tranche d’âge ? Quel département ? Quelle équipe ? Quelles sont les raisons évoquées ? Mettre en place un processus de suivi des absences peut donc être judicieux en tant qu’employeur pour repérer les arrêts répétés.

Ensuite, le mieux est d’en discuter directement avec vos salariés afin de comprendre leur ressenti pour ensuite trouver des solutions pérennes. En prenant ce temps de discussion et en faisant preuve de bienveillance, vous montrez à vos collaborateurs que vous leur accordez de l’attention. Lorsque vous donnez aux salariés des moyens de s’exprimer, vous êtes en mesure de mieux répondre à leurs besoins. C’est aussi l’occasion de l’informer sur ce qui s’est passé pendant son absence.

Autre action bénéfique : faire des sondages réguliers et anonymes auprès de tous vos salariés pour prendre le poul du climat social. Supermood, Bleexo ou encore Bloomin sont par exemple des plateformes de sondages de qualité.

Bon à savoir : pour vous faire une idée globale, vous pouvez également calculer le taux d’absentéisme dans votre structure. Concrètement, vous l’obtenez en faisant : (nombre de jours d’absences / nombre de jours théoriquement travaillés sur une période déterminée) x 100.

2 - Mettre en place des actions concrètes pour prévenir

Pour éviter l’absentéisme, vous pouvez agir sur plusieurs aspects : 

  • En menant une bonne politique RH. Comment ? En faisant preuve de reconnaissance et en valorisant vos salariés. Deux choses clés pour favoriser leur engagement. Offrir des formations pour développer leurs compétences, mettre en place un système d’intéressement, innover dans vos politiques de rémunération… sont autant de bonnes pratiques dont vous pouvez vous inspirer. 

  • En améliorant l’organisation interne et la QVT. Comment ? Par exemple en aménageant les conditions de travail (revoir les délais et la charge de travail, penser à l'ergonomie des postes de travail, respecter le droit à la déconnexion pour éviter des burn-out…). Une enquête d’Opinion Way & Gymlib sur les priorités des salariés révèle que l’équilibre de vie (pro et perso) est en tête d’affiche (95%).  Sur ce point-là, vous pouvez proposer des services à vos collaborateurs : par exemple un abonnement sportif (de type Gymlib) ou encore des outils facilitateurs pour leur simplifier la vie (on pense à la plateforme Flex qui propose des services liés l’éducation des enfants, au ménage, à la santé, au soutien familial ou encore à l’organisation des loisirs).
    Envie d’en savoir plus sur ces bonnes pratiques ? On a écrit un article dédié sur le sujet : Comment développer une politique de rémunération globale pertinente ? Dedans, on vous partage des exemples concrets d’outils (financiers et extra-financiers) pour améliorer la qualité de vie au travail. Un concentré de bonnes idées !

Bon à savoir : notre solution Nesspay permet aux salariés d’avoir le contrôle sur leurs finances en profitant de leur salaire avant le paiement prévu à la fin du mois. Une option judicieuse pour enlever toute charge mentale et qu’ils puissent se concentrer sur leur cœur de métier. 

3 - L’exemple de Pasquier, entreprise qui a réussi à faire reculer l’absentéisme

Pasquier (qui compte 4000 salariés répartis sur 18 usines dans le monde) a testé la méthode dite du “management socio-économique”. L’idée ? Faire reculer l'absentéisme en regonflant la motivation de ses salariés. Comment font-ils ?

Avec deux règles :

  • La première : favoriser des sites à taille humaine. L'objectif étant d'éviter l'anonymat et les problèmes qui pourraient en découler.
  • La deuxième : développer l’autonomie des salariés grâce à des formations en permanence.

Résultat ? En repensant son modèle de management, l’absentéisme de l’entreprise a baissé d'un tiers en trente ans. Et les gains de productivité ont été multipliés par sept. Des chiffres encourageants !

Restez au courant des dernières actualités !

Inscription confirmée!
Merci de saisir un email valide.
En cliquant sur "Accepter", vous acceptez que des cookies soient stockés sur votre appareil afin d'améliorer la navigation sur le site. Consultez notre politique de confidentialité pour plus d'informations.